vendredi 30 août 2019


Quand "Se faire un monde" est proposé au concours de poésie de l'Académie française par Vital HEURTEBIZE (Chevalier des Arts et Lettres, Commandeur des Palmes académiques, quatre fois prix de poésie de l'Académie française, Président fondateur des Poètes sans frontières, ex-Président de la Société des Poètes français) qui a pris l'initiative et décidé de présenter et soutenir mon livre de poésie dans ce prestigieux concours, je n'attends pas de résultat autre que celui-là. Peu m'importe la suite. Je ne pouvais rêver plus belle reconnaissance. AMs

Grand Prix 2018 de Poètes sans frontières - 66 pages 15X21 sur papier bouffant 80g ivoire - 53 poèmes © Les éditions de La Nouvelle Pléiade - 16€

"Se faire un monde" : Le poète s’attelle à la tâche ardue de dénoncer les dérives de notre civilisation qui néglige l’humain et la nature. Ce recueil évoque le désespoir de la nature et notre propre existence en perdition.
Alain Morinais nous propose des jeux de mots annonciateurs de l’inéluctable, tels que « Et l’horizon en fin paraît » ou encore dans un titre de poème « Eau désespoir ». Ces polysémies portent des vers qui tantôt évoquent le désespoir de la nature et notre propre existence en perdition de nos excès, dans le poème « État d’infortune » c’est à dire délaissé par la chance, il est écrit : « Des hauts-fourneaux brûlent les blés / gavés de chimie bleue / jamais plus avalés". Cette image de la chimie bleue, allusion aux pesticides, se retrouvera dans le recueil. Et le poète nous laisse face à cette interrogation cruelle mais bien réelle : « Que seront les oiseaux des enfants devenus grands ? ». Les éditions de La Nouvelle Pléiade

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Un mot sympathique, un avis avisé, une critique fine… Quel que soit votre commentaire, merci par avance. Alain MORINAIS